Nous passons toute notre vie à tenter de comprendre le monde qui nous entoure et celui qui gît au fond de nous. Et nous ne sommes pas certains d’y arriver, tant s’en faut. Ne vaudrait-il pas mieux alors accepter d’être ignorant et cesser cette quête inutile et prétentieuse? Alors, nous pourrons peut-être arriver à nous concentrer sur l’essentiel.

John Frum le Prophète

7.Inintelligibilis Intellectus

Ainsi parlait John Frum le Prophète, dont l’immense savoir qui rayonne sous nos cieux nous apporte joie et bonheur ainsi que compréhension de toutes choses.

John Frum : Gloire au Maître de l’Univers qui donne le principe de vie aux êtres et qui régule l’ensemble du Cosmos. Il est source de toutes les actions des animaux, ceux qui sont raisonnables comme ceux qui ne le sont pas. Mais il reste impénétrable à notre intelligence tant ce qu’il accomplit est grand.

Ainsi parlait John Frum le Prophète.

 

Mancheri : Toi, mon cher John Frum, tu possèdes plus d’intelligence que tous les êtres que j’ai connus. Tu as plus de sagesse que les plus sages de ce monde. Tous s’adressent à toi pour comprendre ce qu’il est difficile de comprendre. Peux-tu m’éclairer sur la nature de ce monde?

John Frum : Comme il n’est pas aisé de connaître ce qui est caché, Mancheri. Les ténèbres qui entourent les intelligences empêchent de voir clairement, dans la lumière, ce qui meut l’univers. Je vais quand même essayer de répondre à ta question.

Ainsi parlait John Frum le Prophète.

 

Mancheri : Cher John Frum, tout ce que tu me diras comblera l’ignorant que je suis.

John Frum : Cesse donc ce bavardage inutile, Mancheri, et écoute ce que je vais te raconter. À l’origine, il y avait les choses d’en haut et les choses d’en bas. Les choses d’en bas sont composées de terres humides et celles d’en haut d’éther. Sur les terres humides, il n’y avait que des corps sans vie qui ne pouvaient ni se mouvoir, ni manger, ni copuler. Dans l’éther était la lumière, celle du soleil, de la lune et des multitudes d’étoiles accrochées au firmament. C’est dans cette sphère que vit le Maître de l’Univers en harmonie avec les âmes qui sont avec lui. Ces âmes forment un chœur qui chante perpétuellement ses louanges. Or, Celui qui est l’Intelligence même souffrait de ne pas avoir de vis-à-vis dans le monde d’en bas capables de reconnaître sa grande Bonté.

Ainsi parlait John Frum le Prophète.

 

Mancheri : Pardonne-moi, Ô sage John Frum, mais comment le Maître de l’Univers peut-il souffrir ainsi, Lui qui est parfait?

John Frum : Je te prie de ne pas m’interrompre, Mancheri. Qu’il est difficile d’enseigner à des ignorants qui ne veulent pas apprendre.

Ainsi parlait John Frum le Prophète.

 

Mancheri : Je t’écoute, sage ami.

John Frum : Le Maître de l’Univers a décidé d’envoyer dans les terres humides un grand nombre d’âmes afin qu’elles soient distribuées dans les différents corps. Ces âmes furent précipitées en bas dans des grands engins volants, car elles perdaient leurs ailes dès qu’elles quittaient le monde d’en haut. Celles qui partaient considéraient leur état comme un châtiment et elles n’avaient qu’un désir, c’était de revenir dans le monde d’en haut. Pour les amadouer, le Maître de l’Univers a promis qu’il leur permettrait de revenir après que les corps du monde d’en bas Lui eussent rendu hommage. Alors, les âmes pourraient retourner vers leur lieu d’origine et seraient accueillies auprès de Lui.

Ainsi parlait John Frum le Prophète.

 

Mancheri : Oh sage John Frum, comment les âmes pourraient-elle revenir dans le monde d’en haut si elles ont perdu leurs ailes?

John Frum : Impertinent! Tu ne veux pas apprendre? Écoute! Quand les âmes sont arrivées dans le monde d’en bas, elles ont commencé par choisir les êtres qu’elles voulaient posséder. Pour y arriver, elles se plaçaient devant les êtres, animaux et hommes, et les bombardaient de lumière avec des objets venus d’en haut. Ensuite, elles pouvaient choisir le corps qu’elles voulaient habiter. C’est ainsi que les âmes se sont retrouvées dans une multitude de corps. Certains marchaient, d’autres volaient, d’autres enfin allaient dans l’eau. Il y en avait même qui rampaient. Pourquoi ne veux-tu pas entendre, Mancheri?

Ainsi parlait John Frum le Prophète.

 

Mancheri : Mais…je ne dis rien, oh mon maître vénéré! Je ne dis rien et je t’écoute.

John Frum : Les âmes venues en bas se sont plaintes au Père des dieux qu’il était impossible que ces corps par trop matériels arrivent à L’honorer. Il manquait à ceux-ci l’intelligence nécessaire pour comprendre que le Maître de l’Univers les avait envoyées, elles, afin que ces corps Le bénissent. Alors, le Maître de l’Univers, dans sa grande mansuétude, a choisi l’un de ces corps, l’homme, afin de le doter de l’intelligence en surplus de l’âme qui lui insufflait la vie.

Ainsi parlait John Frum le Prophète.

 

Mancheri : Me permets-tu de te poser une question?

John Frum : Non. Ça suffit. Tu auras bientôt toutes les réponses. Écoute donc le récit et comprend. Or, il s’est avéré que les hommes se sont montrés fort turbulents, utilisant leur intelligence à se voler des objets et d’autres corps ou à faire la guerre entre eux. Il leur est même arrivé de se détourner des dieux plutôt que de les bénir. Le Maître de l’Univers les a alors menacés de tous les maux, leur envoyant les tremblements de terre, les inondations, la peste et autres calamités. Les hommes se repentaient parfois en bénissant à nouveau le Père des dieux. Mais ils finissaient toujours par recommencer.

Ainsi parlait John Frum le Prophète.

 

Mancheri : Mais très cher John Frum…

John Frum : Vas-tu te taire à la fin? Ne veux-tu rien apprendre?

Ainsi parlait John Frum le Prophète.

 

Mancheri : Oui… Oui grand maître de sagesse, mais j’aimerais…

John Frum : Alors écoute ! Voyant que les hommes ne se corrigeaient point, le Maître de l’Univers s’engagea dans une autre voie. Il décida de rendre plus douce et harmonieuse la vie des hommes dans ce monde d’en bas si brutal et hostile. Il fit descendre du ciel des objets de toutes sortes pour que les hommes puissent manger à leur faim ou se protéger du froid et de la chaleur. En passant par leur intelligence, les âmes ont appris aux hommes à reproduire ces objets et aussi à cultiver la terre. Puis, elles ont créé pour eux des dieux qui s’adresseraient directement à leur intelligence. Ces dieux eurent pour nom Fortune, Justice et surtout Espérance.

 Ainsi parlait John Frum le Prophète.

 

Mancheri : Dis-moi, cher John Frum, ces dieux ont-ils rendu les hommes plus bienveillants envers le Maître de l’Univers?

John Frum : Laisse-moi te poser une autre question, Mancheri : par où vois-tu que les hommes sont plus obéissants aux dieux?

Ainsi parlait John Frum le Prophète.

 

Mancheri : Grand John Frum, n’ont-ils pas dégagé de grands espaces pour qu’arrivent les engins volants, bâti de riches autels pour faire des sacrifices aux dieux et demandé aux prêtres de s’adresser au Maître de l’Univers jour et nuit afin qu’Il continue à leur procurer des bienfaits?

John Frum : Encore une fois, tu ferais mieux de te taire, Mancheri, plutôt que de me répondre de telles inepties. Ne sais-tu pas que ni les sacrifices ni l’intelligence des hommes ne sont suffisants pour approcher le Père des dieux? Ce Dernier reste insondable parce que les hommes sont encore trop attachés à leur corps matériel alors que leur âme trépigne d’impatience de retourner auprès de Lui. Or, la seule façon pour l’âme de revenir dans le monde d’en haut, c’est lorsque le corps dont elles ont pris possession s’éteint. Alors seulement, elles peuvent remonter vers le Père des dieux.

Ainsi parlait John Frum le Prophète.

 

Mancheri : Donc, très cher John Frum, les hommes sont condamnés à errer dans le monde d’en bas en attendant de mourir sans espoir de voir un jour le Maître de l’Univers?

John Frum : C’est certain pour la plupart, Mancheri, car le Père des dieux est inaccessible aux hommes. On ne peut pas le voir dans le monde d’en bas. Pour le rencontrer, il faut aller dans le monde d’en haut.

Ainsi parlait John Frum le Prophète.

 

Mancheri : Est-ce à dire, très sage John Frum notre Prophète, que même l’intelligence qui a été mise dans l’homme par le Maître de l’Univers Lui-même ne parvient pas à Le faire entrevoir?

John Frum : Comme tu demeures ignorant, Mancheri.

Ainsi parlait John Frum le Prophète.

 

Mancheri : C’est vrai, Ô grand John Frum, mais j’avais compris par tes propos que l’ignorance est peut-être un bien. Car quoi que nous fassions par notre intelligence, nous n’atteindrons jamais le Père des dieux. Alors ne vaut-il pas mieux accepter d’être ignorant?

John Frum : Tu es indigne de mon récit, Mancheri. Sache qu’il y a deux sortes d’ignorance. Il y a celle que l’on voit chez ceux qui sont trop paresseux, ou trop craintifs ou trop liés aux choses de la terre pour utiliser à bon escient leur intelligence. Il y aussi celle qui est produite par l’intelligence elle-même après beaucoup d’ascèse et un très long apprentissage. Viens un temps alors où il n’y a plus de distinction entre ignorance et non-ignorance, où l’on est capable de saisir l’inintelligible. Arriver à ce point, il est possible de s’abandonner à la réalité du monde d’en haut.

Ainsi parlait John Frum le Prophète.

 

Mancheri : Comment arriver à cette ascèse, très sage John Frum?

John Frum : La voie la plus simple est d’honorer les dieux par des holocaustes et des prières. Ainsi, un jour viendra peut-être où l’âme du confessant pourra faire des allées et venues entre le ciel et la terre. C’est alors que l’homme tombera dans le ravissement le plus total, car s’il ne peut pas voir de ses yeux corporels le Maître de l’Univers, son âme elle en sera capable.

Ainsi parlait John Frum le Prophète, dont l’immense savoir qui rayonne sous nos cieux nous apporte l’ignorance.


© Supra, reproduction d’une peinture de Marcel Viau : Inintelligibilis Intellectus


Print Friendly, PDF & Email

2 réflexions au sujet de “John Frum le Prophète

  1. Il est vrai que le Prophète est un tantinet grincheux. Mais cela ne signifie pas qu’il n’ait rien d’important à dire, il me semble du moins. Aller au-delà de l’apparence. Percer le mystère. Voilà l’enjeu véritable.

  2. Je hais les gens qui possèdent la vérité. Ah, ah. Et tant qu’à se faire parler comme ça, oui vaut mieux rester ignorant et…serein.

N'hésitez pas à laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :