Trente ans après

 

 

Trente ans déjà depuis le décès de Suzanne Charest. Elle était la mère de trois jeunes garçons, mes fils, et a été mon épouse durant treize ans. Quelques mois avant de décéder de sa maladie — elle se savait condamnée — on lui avait demandé de livrer un témoignage sur sa mort prochaine. Suzanne était une femme discrète. Elle avait demandé : « Pourquoi moi ? Je n’ai rien d’exceptionnel et beaucoup de gens plus importants que moi meurent tous les jours ». Malgré ses réticences, elle avait accepté de donner quelques entrevues à Anne Sigier d’abord, son éditrice. Par la suite, elle s’est pliée à quelques entrevues télévisées et radiophoniques. Elle a aussi livré ses opinions dans les journaux de Québec.

Le livre qui a été produit à partir de son témoignage — … Et passe la vie — est instantanément devenu un livre à succès à Québec, mais Suzanne est décédée avant d’en connaître la véritable portée. « Pourquoi un tel engouement ? » se serait-elle sans doute demandé. Parce que ce livre était inspiré, littéralement; c’est véritablement le seul mot qui convienne. Dans des termes simples, en utilisant beaucoup de métaphores reliées à la nature, elle est allée directement au vif du sujet : comment réagir devant la mort, devant MA mort ? Quelle place a donc la souffrance dans ma vie ? Y a-t-il une vie après la mort ?

Ses interrogations et ses espérances ont touché un grand nombre de gens. Et encore aujourd’hui, on nous demande où trouver son livre (épuisé depuis longtemps) qui avait donné tant d’espoir à une épouse, à un père, à un fils, à une fille eux aussi en fin de vie. C’est pourquoi Christophe, l’un des fils de Suzanne a décidé de rééditer son livre en y ajoutant sa propre réflexion sur sa façon de comprendre la mort de sa mère et sur son héritage pour lui, pour nous. Son témoignage est bouleversant.

Vous êtes donc invités à obtenir plus d’informations sur la réédition du livre de Suzanne qui s’intitule Trente ans après en cliquant ici. Je vous souhaite de vivre autant d’émotions que le public en avait eues à l’époque en lisant… Et passe la vie.

Print Friendly, PDF & Email
%d blogueurs aiment cette page :